• Ermelinda
    « Les gens se mélangent plutôt bien à Genève même s’il peut être difficile de sortir des communautés. »

  • Fawad
    « À Genève, la vie est très chère mais j’ai accès à des réseaux de solidarité. »

  • Habtom
    « À Genève, les gens sont polis et disent bonjour, même si j’ai parfois l’impression qu’ils ont peur les uns des autres. »

  • Khalil
    « À Genève, je ressens peu de racisme dans la rue, toutefois je suis souvent choqué par certaines affiches. »

  • Natalia
    « Les TPG sont de grande qualité mais le prix du billet est quand même élevé. »

Ermelinda

Chers lecteurs, chères lectrices,

Je m’appelle Ermelinda je viens du Kosovo, j’ai 27ans et je vis à Genève depuis 4ans.

Malgré mes expériences et mes diplômes, on ne me propose que du travail à des conditions humaines et salariales sordides. Je n’ai malheureusement pas d’autres choix que d’accepter et reste ainsi dans la précarité.

Devinez ce qui me surprend le plus dans ma vie à Genève :

+ Il y a le monde entier dans l’espace public et les gens échangent facilement

+ Les gens restent dans leur communauté

« Les gens se mélangent plutôt bien à Genève même s’il peut être difficile de sortir des communautés. »

Fawad

Chers lecteurs, chères lectrices,

Je m’appelle Fawad je viens d’Afghanistan, j’ai 40ans et je vis à Genève depuis 2ans. J’ai mis une année pour arriver en Suisse et j’ai laissé mes 3 enfants en Iran à la frontière Afghane. J’ai beaucoup de mal à supporter leur absence dans ma vie à Genève mais je suis obligé d’attendre plusieurs années avant qu’ils puissent me rejoindre.

 Devinez ce qui me surprend le plus dans ma vie à Genève :

 + Les prix de la vie quotidienne sont très élevés

+ Avec un petit salaire, il est possible de s’en sortir à Genève

« À Genève, la vie est très chère mais j’ai accès à des réseaux de solidarité. »

Habtom

Chers lecteurs, chères lectrices,

Je m’appelle Habtom je viens d’Erythrée, j’ai 31ans et je vis à Genève depuis 2ans et demi. Depuis que je suis arrivé, j’ai logé dans des abris PC et des foyers d’établissement peu salubres. Ces conditions d’hébergement indignes ont eu des conséquences négatives dans ma vie de tous les jours, sur ma santé physique et psychologique (sommeil, concentration, stress, insécurité)  ainsi que  sur mes capacités à socialiser.

Devinez ce qui me surprend le plus dans ma vie à Genève :

+ Les gens sont sympathiques et accueillants

+ Les gens ont l’air intolérants et peu ouverts

« À Genève, les gens sont polis et disent bonjour, même si j’ai parfois l’impression qu’ils ont peur les uns des autres. »

Khalil

Chers lecteurs, chères lectrices,

Je m’appelle Khalil je viens de Syrie, j’ai 38ans et je vis à Genève depuis 24 mois.

Depuis que je suis arrivé, je ne sais pas de quoi demain sera fait, et je ne peux pas me projeter dans un avenir à court terme. J’ignore si je vais pouvoir m’établir à Genève ce qui m’empêche de me construire une nouvelle vie ici.

Devinez ce qui me surprend le plus dans ma vie à Genève :

+ À Genève on entend toutes les langues dans la rue

+ À Genève, je n’ose pas parler ma langue maternelle

« À Genève, je ressens peu de racisme dans la rue, toutefois je suis souvent choqué par certaines affiches. »

Natalia

Chers lecteurs, chères lectrices,

Je m’appelle Khalil je viens de Syrie, j’ai 38ans et je vis à Genève depuis 24 mois.

Depuis que je suis arrivé, je ne sais pas de quoi demain sera fait, et je ne peux pas me projeter dans un avenir à court terme. J’ignore si je vais pouvoir m’établir à Genève ce qui m’empêche de me construire une nouvelle vie ici.

Devinez ce qui me surprend le plus dans ma vie à Genève :

+ À Genève on entend toutes les langues dans la rue

+ À Genève, je n’ose pas parler ma langue maternelle

« Les TPG sont de grande qualité mais le prix du billet est quand même élevé. »